Conseil québécois sur le tabac et la santé Agir ensemble - Depuis plus de 25 ans Un carrefour de collaboration, d'activités et d'information sur la question du tabagisme au Québec
AccueilPlan du sitePour nous joindreRecherche
Liens pertinents
Centre d'abandon du tabagisme
Les Centres d'abandon du tabagisme
sont des services gratuits d'information et de soutien pour vous aider à arrêter de fumer dans votre région! 



Aussi sur le site...
Recours collectif au nom des victimes de cancers du poumon, de la gorge, du larynx et d'emphysème contre l'industrie canadienne du tabac.



Devenez membre du Conseil !
Vous voulez participer activement au mouvement de lutte contre le tabagisme?

Pour vous joindre à nous, il vous suffit d’utiliser ce formulaire d’adhésion.

Devenez membre du Conseil québécois sur le tabac et la santé pour aussi peu que 50 $ par année, si vous le faites à titre individuel, ou 100 $ au nom de votre organisme.

Pour plus de renseignements sur nos activités, n’hésitez pas à communiquer avec nous.

Base de données sur les ressources visant la réduction du tabagisme
Base de données sur les ressources visant la réduction du tabagisme Un moteur de recherche permet de trouver toutes les ressources québécoises correspondant à des critères précis.
Détails
La fumée secondaire
     
   

À LIRE DANS CETTE SECTION:

     
C'est quoi la fumée secondaire

Ce qu’il faut savoir

La fumée secondaire, c’est l’addition de la fumée qui se dégage de la cigarette qui se consume et de celle exhalée par le fumeur. Elle contient 4 000 substances chimiques, dont 50 sont reconnues comme étant cancérigènes… et qui sont plus concentrés dans la fumée secondaire que dans la fumée respirée par les fumeurs. La fumée secondaire contient :

  • 3 fois plus de goudron
  • 5 fois plus de monoxyde de carbone
  • 6 fois plus de nicotine
  • 40 fois plus d’ammoniac

Au travail

  • Au Canada, 3 millions de travailleurs n’ont aucune protection contre la fumée secondaire, 8 millions de travailleurs bénéficient d’une protection partielle seulement;
  • La concentration de nicotine mesurée dans l’air des bars est 15 fois plus élevée que celle que l’on retrouve dans une maison de fumeur;
  • Les non-fumeurs travaillant dans un environnement saturé en fumée inhalent les mêmes substances toxiques que les fumeurs.

À la maison

  • Au Québec, près du tiers des enfants de 0 à 17 ans sont exposés régulièrement à la fumée secondaire à la maison. Les enfants ont un métabolisme plus élevé et peuvent absorber une plus grande quantité de fumée que les adultes.

Les nourrissons et les enfants exposés à la fumée secondaire sont plus susceptibles de souffrir d'une maladie respiratoire chronique, d'une insuffisance de la fonction pulmonaire, d'infections de l'oreille moyenne et d'allergies alimentaires. Ils peuvent même être victimes du syndrome de mort subite du nourrisson.
En voiture

  • 69 % des fumeurs montréalais fument dans leur véhicule ou dans celui des autres en présence d’adultes;
  • 40 % le font en présence d’enfants.
  • Trois fois sur quatre, les fumeurs qui demandent s’ils peuvent fumer dans un véhicule reçoivent une réponse positive.
  • Six non-fumeurs sur dix qui voyagent dans le véhicule d’un fumeur se disent incommodés par la fumée.
Haut de page
Mesurez vos connaissances

Vous pensez être bien informé sur la fumée secondaire et les dangers pour la santé d’y être exposé? Nous vous proposons un test pour mesurer vos connaissances.

1. Au Québec, chaque année, 136 non-fumeurs meurent d’un cancer du poumon et 223 de maladies cardiaques, causés par une exposition à la fumée secondaire.

2. Au Québec, près du tiers des enfants de 0 à 17 ans sont exposés régulièrement à la fumée secondaire à la maison.

3. La fumée secondaire contient deux fois moins de produits chimiques que la fumée directe.

4. La concentration de nicotine mesurée dans l’air des bars est 15 fois plus élevée que celle que l’on retrouve dans une maison de fumeur.

5. Une exposition régulière à la fumée secondaire n’augmente pas les risques de maladie pulmonaire et de maladie du cœur.

6. Un non-fumeur demeurant pendant une heure dans une pièce enfumée inhale l’équivalent de 35 cigarettes en nitrosamine, connu comme étant cancérigènes.

7. La fumée secondaire contient deux fois moins de nicotine et de goudron que la fumée inhalée par le fumeur.

Haut de page

En affaires sans fumée

Du vent!
Aucun système de ventilation ne vient à bout de la fumée secondaire… à moins d’avoir la force d’un ouragan!

Études et sondages à l’appui, il est démontré que l’interdiction de fumer ne sonne pas le glas de la rentabilité pour le secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

New-York, New-York
À New-York, un an après l’entrée en vigueur du règlement interdisant de fumer dans les bars et les restaurants, les affaires sont florissantes, selon un rapport des services municipaux de santé, des finances, à la petite entreprise et au développement économique. Les revenus de taxation ont même augmenté de 8,7 %. Le nombre d’emplois a augmenté de 8 %.

Au-delà des profits, bénéficiant d’un environnement sans fumée, le personnel oeuvrant dans le domaine de l’hospitalité est en meilleure santé; le taux de cotinine (mesure le degré d’exposition à la fumée secondaire) a baissé de 85 % chez les employés non-fumeurs.

Haut de page

Quand un fumeur vous pompe l'air

Dire à un fumeur que sa fumée nous dérange, ce n'est pas toujours évident. Voici quelques trucs pour vous aider à vous sortir de ces situations respectueusement tout en vous affirmant comme non-fumeur.

Quoi faire et quoi dire quand…

Vous recevez des membres de votre famille-amis-collègues, parmi lesquels se trouve un fumeur et que celui-ci allume une cigarette à la fin du repas ?
Demandez-lui poliment d'aller fumer dehors, tout en lui rappelant que la fumée…c'est loin d'être secondaire. Utilisez des formules simples et directes comme : « Je préférerais que tu fumes à l'extérieur de la maison, de l'appartement. La fumée secondaire n'est pas inoffensive, elle fait aussi beaucoup de ravages à la santé des non-fumeurs. »

L'humour peut aussi contribuer à faire passer le message en douceur mais efficacement: « Il fait beau dehors. Beau temps pour fumer…! Profites-en! ». S'il pleut? « Heureusement que tu peux t'abriter sous l'auvent pour fumer! »


Vous montez à bord du véhicule d'un fumeur, qui vous demande s'il peut fumer? Répondez-lui : « Je sais que c'est ton véhicule et j'apprécie de faire le trajet avec toi. Mais, j'aimerais mieux que tu ne fumes pas pendant le voyage. Je te suggère plutôt de faire des arrêts plus fréquents pour que tu puisses fumer. »

Vous pouvez aussi utiliser ce truc si un fumeur vous demande de fumer à bord de votre véhicule.


Dans toutes les situations, vous pouvez rappeler au fumeur qui vous dérange avec sa fumée qu'il existe des ressources gratuites, disponibles partout au Québec, pour l'aider à cesser de fumer.

Haut de page